Archive de la Cathédrale – Histoire

L’archive capitulaire est constitué par le dépositaire de la Mémoire vivante de la Cathédrale d’Oviedo.
L’Église, dès les premiers siècles, laissa preuve de sa présence et son développement à travers des documents qui ont transmis le témoignage de son œuvre dans l’Histoire. C’est ainsi que sont nés les Archives Ecclésiastiques.

L’Histoire de l’Archive est aussi vieille que les débuts de cet ensemble appelé Cathédrale, comme le plus ancien document qui existe, qui date de l’an 803 (Don de Fakilo).

Outre des expériences historiques communes, elle a subi de nombreuses pertes et pillages à travers l’histoire, on peut noter les événements de l’invasion française de 1808, en plus des pertes au cours de la Première République (1869) et surtout durant la Guerre Civile (1936- 1937), qui fut à l’origine également de la perte de l’ancien classement de l’Archive enregistré dans le Livre Maitre, dans l’Armoire des Arcedianatos o “Petite Armoire”, conçue en 1729 et dans la “Grande Armoire”, conformément aux instructions jointes aux tiroirs.

D’autres vicissitudes de l’Archive apparaissent dans le livre dont D. Raul Arias del Valle fut Archiviste Capitulaire. Le papier manuscrit de l’Archive Capitulaire d’Oviedo (Inventaire-Index) (Oviedo 1993) à partir Duquel il a été possible d’obtenir quelques caractéristiques qui contribuent à façonner l’Histoire de l’Archive:

“… quelques papiers avaient été occultés ou perdus, c’est pour cela que l’on gagna des censures générales pour que ceux qui les avaient les restituent, et ceux qui trouvent les originaux fassent savoir la date, le contenu et le fichier où ils se trouvent afin de prendre les manquants et les juger nécessaires”

Le 3 Septembre 1715, il fut convenu que la nomination de l’archiviste devait se faire à travers des cartes et un salaire de 6000 maravédis.

“… Il a été convenu que le Directeur d’usine, réparer l’Archive Alto, que les documents sont plus la garde et est en plus chaud pour composer des documents de lui.” (l’Archive Alto est l’accès local à la maison du communiqué avec la Salle Capitulaire, d’où l’on y accédait)

En accord du 6 Octobre 1725, est exprimé ce qui en est par rapport au Livre Maître, dont la copie en trois volumes est actuellement conservée dans l’Archive:

“… il fut voté et décidé que 10 doublons soient donnés à chacun des Archivistes et que l’on conçoit un Livre Maître. Ils accordèrent qu’ils le feraient, étant dument payés, car trois personnes étaient nécessaires, une pour écrire, une autre pour dicter, et une autre sortir et remettre les instruments à sa place, donnant forme sur bon papier à ce livre”

En 1791, l’Archive de la Cathédrale déménagé dans l’ancien Gymnasium avec accès depuis le Cloître gothique, où l’on trouve parmi des papiers de la Comptabilité des Archives, le paragraphe suivant:
« …tant elle fut admiré comme pièce étant exprès dans cette Comptabilité et l’Archive de l’ancien gymnase, et se trouvent dejá placés en lui les tiroirs et les étagères avec les papiers et les instruments de l’ancien Archive, rien de particulier s’innove»

En 1860, on demande aux comptables-archivistes D. Jean de la Croix Ceruelo Velasco et Pedro Fernandez Caneja qu’ils confectionnent le si intéressant «Catalogue de la Bibliothèque gothique de la Sainte Eglise d’Oviedo”. Commençant par la citation de Saint Jean (6-10) montrée dans le texte suivant: «Colligite pereant fragmenté ne” (Ramassez les morceaux pour qu’ils ne périssent pas).

Le 26 Janvier, 1869, l’Archive fut saisi, fait qui apparait dans les Actes Capitulaires comme il suit:

“…saisie révolutionnaire de tous les livres de l’Archive par le Gouverneur Civil”

En 1929, D. Claudio Sanchez Albornoz, faisant allusion à l’Archive Capitulaire d’Oviedo exprime ce qu’il suit:
“… Le gardien jaloux du Trésor de la Cathédrale d’ Oviedo, Sandoval, se rendit une fois de plus à notre assaut. Gràce à sa si aimable condescendance à l’initiative de l’Évêque du Diocèse (D. Juan Bautista Luis Perez) et au travail de Sandoval lui-même et de Garcia Villada et de Sierra Corella, les fonds de l’Archive du Chapitre d’Oviedo peuvent aujourd’hui être consultés.”

Les Chanoines Capitulaires d’Oviedo ont eu à travers l’Histoire, une constante préocupation au sujet de la protection des «Livres et Papiers” qui constituent le riche Archive Capitulaire d’Oviedo.

 

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR